mercredi 30 janvier 2013

Duel d'arènes discret et rêves de pipelines...

Les arènes se définissent d'abord comme des étendues de sables et par extension elles deviennent des lieux de confrontations dont la surface est ensablée. Au figuré, l'arène devient l'enceinte même où a lieu une joute ou un combat.     Voici une brève réflexion pétro-politique.

Dans le coin droit, il y a le Canada des sables bitumineux albertains. Dans le coin gauche, il y a le Venezuela des sables bitumineux de l'Orénoque.  Ce sont là les deux plus grands gisements de pétrole non-conventionnel connus. Celui du Venezuela étant environ 50% plus important que celui du Canada et techniquement probablement moins complexe à exploiter ....Ensemble ces sables contiennent 50% du volume de pétrole connu en 2012....

Selon les années, le Venezuela fournit entre 40 et 60% du pétrole consommé aux USA . Or depuis 2006, les pétrodollars qui entrent au Venezuela sont recyclés dans l'économie civile et pour une part importante dans les services publics santé-éducation-logement...autant d'argent qui ne retourne pas dans le circuit banquier international et dans le traffic d'armes. Un irritant pour l'Amérique industrialo-militaire et spéculative.  D'où une nécessité de chercher des fournisseurs alternatifs. Le Canada s'est offert, mais un oléoduc pour amener le pétrole albertain vers des raffineries américaines constitue un défi technique énorme à cause des risques importants pour les environnements traversés. Le projet Keystone XL attend impatiemment la bénédiction de Washington.  Le Canada regarde aussi vers l'Asie avec un autre projet encore plus controversé vers le Pacifique, le Northern Gateway.

De son côté, le Venezuela approvisionne par mer les terminaux texans et aussi celui de Portland, Maine.
En Nouvelle-Angleterre, le réseau de distribution Citgo qui appartient à la société d'état vénézuélienne PVDSA occupe une place importante; il en est de même dans d'autres régions comme Chicago et  le Texas. Dans l'est, Citgo a des ententes de distributions avec Irving, c'est-à-dire vers le Canada.
Ainsi, jusqu'au tournant du siècle, environ 13% de l'essence consommée au Québec provenait du Venezuela. C'est maintenant autour de 5%.  D'où le questionnement sur le projet d'Enbridge d'amener du pétrole de l'ouest vers Montréal.  Quel serait l'intérêt véritable sinon celui d'inverser le sens de circulation du pétrole dans le triple oléoduc Portland-Montréal?

Le Venezuela a déjà resserré ses liens avec la Chine et a signé à la fin janvier 2013 un nouvel accord en plusieurs points avec la russe Rosneft, la plus importante compagnie pétrolière au monde. Rosneft a trouvé ce moyen pour travailler outre frontières....à peu près partout ailleurs les gisements importants sont des chasses gardées occidentales.  Le Venezuela a de son côté trouvé le moyen de développer son expertise: Rosneft transferrera son expertise en échange d'un accès à certains gisements (pour l'instant très limités, mais dans la mire il y a le gigantesque gisement bitumineux de l'Orénoque).

Avec l'épuisement des réserves de pétrole conventionnel c'est un duel d'arènes Canada-Venezuela qui pointe déjà.  Le gouvernement Harper "a pris acte" de la réélection de Hugo Chavez en octobre dernier. Pas un mot de sympathie pour sa convalescence actuelle.  Même qu'on apprécie sans doute pas beaucoup le renforcement des échanges commerciaux Venezuela-Colombie depuis l'arrivée de Manuel Santos à la présidence colombienne alors qu'on vient de signer un accord commercial Canada-Colombie en 2012....comme si la Colombie avait sagement choisi de ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier.

Il y a cependant une question majeure sans réponse claire pour l'instant:
Quel impact environnemental aura l'exploitation des sables bitumineux de l'Orénoque comparé à ce qui se fait au Canada?  Avec des réserves conventionnelles importantes le Venezuela a la chance de prendre le temps de développer des méthodes d'exploitation qui ne ruineraient pas tous les écosystèmes, c'est-à-dire tout aussi révolutionnaire que dans le domaine social. Ce sera le grand éco-test de la révolution bolivarienne qui s'est installée démocratiquement au Venezuela.  Dans le cas contraire, ce sera finalement une bataille de dragons ravageant tout comme c'est bien amorcé en Alberta.

P.S.:mots clés de recherche sur votre moteur si vous voulez plus de détails:
"pétrole" dans wikipwedia pour des données techniques et des chiffres.
PDVSA.com (anglais, espagnol) et le lien fournit vers Citgo
Rosneft (russe, anglais )
CEPA (canadian energy pipeline association)
Pipeline Portland-Montréal (anglais-français)

1 commentaire: