mardi 22 mars 2011

L'Éthiopie affamée et assoiffée vend ses terres et son eau aux transnationales agroalimentaires pour l'exportation de denrées

John Vidal, un chroniqueur du média britannique The Guardian décrit dans son article global rush to buy or lease cheap farmland une ruée sur l'achat ou la location à long terme de terres en Éthiopie par les pays étrangers et les grandes corporations agroalimentaires. l'Éthiopie est l'un des plus grands récipiendaires de l'aide alimentaire internationale, et pourtant il vend ou loue plusiurs millions d'hectares de ses terres arables aux plus offrants pour de la production agricole destinées à l'exportation, car il manque de capitaux éthiopiens pour investir dans les technologies agricoles et hydrauliques appropriées. Le Mali et d'autres pays pauvres africains, asiatiques et sud-américains sont dans la même position.

Les paysans éthiopiens servent de main-d'oeuvre bon marché pour des méga-fermes et des structures de transformaton et de transport des denrées destinées aux pays d'où proviennent les investisseurs. La modernisation exogène du secteur agricole et de l'agroalimentaire est une priorité du gouvernement éthiopien. Ce dernier a dû éditer un Guide de bonnes pratiques en responsabilisation éco-sociale des entreprises destiné aux entrepreneurs internationaux agricoles et agroalimentaires opérant en Éthiopie.

1 commentaire:

  1. peuples en vente quelle misère humaine en occident !

    RépondreSupprimer